Category

Prévention des inondations

Protection amovible pour les systèmes d’endiguement

By | Prévention des inondations | No Comments

https://www.france-digues.fr/actualites/protections-amovibles-pour-les-systemes-dendiguement/

 


illustration Protections amovibles pour les systèmes d’endiguement

Credits photos : Givet – ESTHI France

Batardeaux en aluminium, boudins anti-crue remplis d’eau ou d’air : ces dispositifs amovibles complètent les protections des systèmes d’endiguement. Leur pose et leur maintenance demandent une organisation spécifique.

C’est dans les Ardennes à Givet, en bord de Meuse que se trouve la protection amovible contre les inondations la plus longue de France : 2,3 kilomètres environ, répartis sur les deux rives, depuis 2011. « C’est un système avec trois niveaux d’alerte », explique Loïc Perret, patron d’EsthiFrance, la société qui a fourni les batardeaux amovibles (1). Le dispositif combine des parties fixes (murets) et des parties amovibles (poutrelles et batardeaux en aluminium), ces dernières étant déployées uniquement en cas de crue.

L’ensemble a été décidé par la ville de Givet après la crue cinquantennale de 1995, avec l’aide à l’époque (2011) du bureau d’étude Egis Eau, pour un budget total de 20,5 millions d’euros. Le dispositif est en partie inspiré de murs similaires érigés à Cologne au milieu des années 2000 et à Prague.

 

Trois niveaux à Givet
«Lorsque la Meuse atteint un débit de 450m3/s, contrôlé via la station limnimétrique de Chooz sur l’île Graviat, on installe les premiers équipements de protection sur tous les points bas, essentiellement sur la rive droite. On ferme aussi les regards dans les rues. C’est ce qu’on appelle la phase 1», expliquait Alexandre Prescler, responsable adjoint des services techniques à la ville de Givet, en 2018 (2).

Alors que le niveau 1 est déployé couramment depuis 2011, le niveau 2 a été installé pour la première fois en 2018, et le niveau 3, qui correspond à la protection maximale et à un débit de 1030 m3/s, jamais à ce jour intégralement. Il faut dire qu’il correspond à une crue centennale, 30 cm au dessus de la crue de 1995.

Mise en place des ancrages – Givet – Crédits : ESTHI France

 

400 mètres à Boé
Pour trouver en France une digue amovible semblable à celle de Givet, c’est au bord de la Garonne qu’il faut aller. A Boé, sur l’agglomération d’Agen, un mur similaire de 400 mètres de long a été installé en 2019, pour protéger la commune contre les crues trentennales. Le dispositif est constitué d’un muret fixe en béton, érigé sur des palplanches et d’une partie temporaire et amovible : des poteaux en aluminium de 4 mètres de hauteur et des poutrelles qui s’enfilent, formant un rideau d’étancheité. «Il y a deux niveaux de sécurité, le niveau 1 où on ferme seulement les traversées, par exemple de voirie, avec les batardeaux et le niveau 2 où on monte tout le système », explique Julien Delange, technicien au Service Milieux Aquatiques, Eaux pluviales de l’agglomération d’Agen. L’ensemble fait partie d’un système d’endiguement qui inclut une digue en terre, des palplanches et une partie en pierre.

Batardeaux et digues amovibles en place – Agen – Crédits : Agglo Agen

 

Avantages esthétiques et paysagers
Ces rideaux de batardeaux amovibles en aluminium ont pour principal intérêt, d’après leurs promoteurs,  de diminuer l’impact paysager d’une protection permanente (pas de barrière coupant la vue du cours d’eau) et de maintenir le lien des habitants avec le fleuve. A Haroué, commune rurale de Meurthe-et-Moselle dotée d’un château classé du 18ème siècle, c’est aussi pour des raisons paysagères qu’un système amovible a été imaginé, contre les crues du Madon. Le projet a d’abord été intégré dans le PAPI d’intention Meurthe Madon, avec un objectif de protection centennal. Mais « l’objectif centennal s’est révélé impossible», explique Anne-Laure Goujon, de l’Etablissement Public Meurthe Madon. Le projet a ensuite été redimensionné pour une protection décennale : il s’agirait d’un linéaire de batardeaux aluminium hauts de 20 cm, installé sur un muret de 60 cm. Début 2022, le projet était toujours à l’étude.

 

Besoins en installation
Ces installations nécessitent des moyens humains adaptés. A Givet, une quinzaine d’agents municipaux (ou sous-traitants) sont à mobiliser pendant environ 3 jours pour installer le dispositif de niveau 2. A Haroué, l’installation serait beaucoup plus rapide vu le linéaire réduit, mais il faudrait probablement faire appel à une réserve communale, estime Anne-Laure Goujon, faute d’avoir un personnel communal disponible sur place. A Boé, pour les 400 mètres, « en 8 heures de temps le système est monté », explique Julien Delange, en associant du personnel de la commune avec un renfort de l’agglomération et d’un prestataire privé. « Le système demande une organisation conséquente », reconnaît Julien Delange : 16 personnes au total.

Outre les moyens à prévoir pour l’installation, ce type de protection nécessite un lieu de stockage. Autre impondérable enfin : un entraînement à la pose régulier. A Givet, une partie du rideau de protection est testé à blanc chaque année. Même chose à Boé, où il est prévu de monter le dispositif une fois par an. Pour ses promoteurs, cet exercice annuel contribuerait à la cohésion d’équipe et à construire une culture partagée du risque.

Installation des équipements – Givet – Crédits : ESTHI France

 

Autorisations environnementales
De tels systèmes amovibles ont vocation à être intégrés dans un système d’endiguement, déclaré et autorisé administrativement. Y-a-t-il des difficultés particulières lors de l’instruction des dossiers d’autorisation, qui seraient liées à la partie amovible ? Nous n’avons pas eu de réponses pour la digue de Givet, car le dossier de régularisation administrative était en cours d’instruction. A Boé, le dispositif amovible a été autorisé administrativement, sans encombres. « Dès le début, les services de l’Etat ont eu connaissance du système amovible. Cela n’a pas posé de problème particulier», explique Julien Delange. Un plan de gestion spécifique a tout de même dû être ajouté au dossier. Il précise le plan de montage, les instructions de pose et l’entretien des batardeaux.

 

Analyse technico-économique
Ces installations ont un coût non négligeable, d’après une étude commandée par l’Etablissement Public Loire. Intitulée « Analyse technique de mise en oeuvre de la solution digue amovible dans les dispositifs de protection contre les crues », l’étude, qui date de 2018, ne détaille pas les cas d’usage de ces protections, mais elle fournit des précisions technico-économiques, en particulier sur les « digues amovibles avec ancrage » comme celle de Givet ou Boé et comme celle de Prague (installée par la société tchèque Eko-system).

Le retour d’expérience obtenu auprès de Givet dans cette étude indique que «la fourniture des équipements, les études et les travaux de génie-civil peuvent être estimés à un prix compris entre 5000 €/ml à 7000 €/ml ». Le coût global, à Givet, était de 6765 €HT / ml pour une hauteur de 3.4m, études travaux et génie civil inclus. La durée de vie de l’équipement serait « de 20 à 30 ans ».

Protections sans fondation
Autre solution amovible face aux crues, des systèmes de boudins flexibles, qui peuvent être déployés en complément d’une protection permanente. Les boudins, qui sont en général remplis d’eau ou d’air, offrent une protection de faible hauteur, qui peut être installée en bord de cours d’eau ou dans une ville, par exemple pour faire face au ruissellement. « L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de fondation, le système est totalement mobile et rapide à déployer. L’inconvénient, c’est qu’il est moins fiable, il y a plus de risques de défaillance », estime Loïc Perret. Ces protections sont aussi utilisées dans le cadre de travaux de restauration des milieux, pour sécuriser les chantiers et pour protéger le milieu (par exemple contre des transports solides dans le cours de d’eau).

Une défaillance, c’est ce qui est arrivé au système de boudins anti-crue de Louhans, à l’été 2021. Dans la ville de 6300 habitants, siège de Bresse Louhannaise Intercom’, des boudins anti-crue avaient été disposés en centre-ville en juillet pour bloquer la montée des eaux de la Seille (affluent de la Saône). Les boudins, fournis par une entreprise locale, étaient retenus par des plots en béton. Hélas « quand l’eau est montée, ils se sont mis à flotter, et l’eau est passée dessous. Et une fois qu’ils flottaient, ils sont partis… », expliquait le maire de Louhans, Frédéric Bouchet, au journal de Saône-et-Loire (3).  Cette mésaventure ne disqualifie pas le système, mais elle impose de bien penser son installation et son arrimage en temps de crue.

 

Qu’il s’agisse d’une protection sur un long linéaire ou d’une protection plus réduite, avec ou sans fondations fixes, le choix de la bonne solution nécessite de bien anticiper les cas d’usage et l’organisation de pose et de stockage. Autre enseignement, les systèmes amovibles sur un long linéaire restent rares en France.

 

(1) Basée à Villeurbanne, Esthifrance, une société de 9 salariés, est intégrateur de solutions anti-inondations.

(2) Source : L’Union, 23 octobre 2018

(3) Source : Le journal de Saône-et-Loire, 17 juillet 2021

BARRAGES GONFLABLES AVEC OU SANS VOLETS METALLIQUES, QUELS SONT LES AVANTAGES ?

By | Prévention des inondations | No Comments

L’origine de la conception des barrages gonflables remonte aux années 50, en France puis aux Etats Unis. Leur fiabilité est éprouvée à travers les milliers de réalisations existantes notamment au Japon.  Leur principale application en cours d’eau est la rétention et la régulation des niveau et Barrages Gonflables à Volet métallique (BGVM) et les barrages gonflables sans volet métallique.

Les BGVM, dénommés FLO-AIR VMC chez ESTHI, sont constitués de volets métalliques actionnés par des coussins d’air alimentés par un compresseur.

Les barrages gonflables sans volet métallique dénommés FLO-AIR BG chez ESTHI, sont uniquement constitués d’une membrane en caoutchouc et sont gonflés par un compresseur.

Les FLO-AIR VMC/BG sont ancrés dans une fondation béton au fond d’un cours d’eau.

Barrage gonflable avec volets métallique Barrage gonflable sans volets métalliques

Les FLO-AIR VMC/BG présentent de nombreux avantages par rapport à leur équivalent :  les barrages hydromécaniques.

  • Ils sont plus économiques.
  • Le radier de fondation est plan, sans cavité, moins épais et large.
  • Ils impactent moins l’environnement car ils sont invisibles lorsque le barrage est sous eau. Ils évitent notamment l’utilisation de piles de béton intermédiaires sur la section traversante du cours d’eau
  • La simplicité de l’actionneur (membrane gonflée) assure une plus grande fiabilité comparée aux actionneurs à vérins nécessitant une maintenance couteuse.
  • Ils impactent moins l’écologie des cours d’eau : remplissage par air, absence totale d’huile et de graisse pouvant polluer le cours d’eau
  • Ils nécessitent moins d’engins de chantier et de logistique pour leur installation

Auxquels se rajoutent pour Les FLO-AIR VMC les avantages suivants :

  • Une régulation des hauteurs d’eau de 0-100% avec des vibrations négligeables
  • Une résistance accrue contre les chocs d’objets flottants et à l’abrasion des roulants de fond grâce au volet métallique.
  • Un calcul précis du débit de la passe à travers la mesure de la surverse à l’instar d’une station hydrométrique (mise en place d’une courbe hauteur-débit).

Les principales applications des barrages gonflables sont :

  • La micro-hydro électricité : réhausse des seuils de chute et régulation de la prise d’eau
  • La régulation des niveaux d’eau en voies navigables
  • La protection contre les inondations
  • L’usage récréatif des plans d’eau (délimitation de piscines biologiques, sports et loisirs nautiques)
  • L’Irrigation

 

Batardeaux anti-inondation, crue

ESTHI sur France 5 – Protection de Paris contre le débordement de la Seine

By | Prévention des inondations | No Comments

Le mois dernier, la chaîne France 5 a diffusé un reportage concernant un risque permanent de crue centennale à Paris. En effet, la Seine menace de se déverser à tout moment sur la ville et de provoquer d’innombrables dégâts, tout comme lors de sa dernière apparition en 1910.
Cette dernière avait fortement impacté Paris, l’immergeant sous 8 mètres d’eau et causant des dommages estimés à plus d’1 milliard d’euros.

Aujourd’hui, la ville se prépare afin de limiter au maximum les dégâts que cette catastrophe pourrait provoquer.

C’est dans ce but que depuis plusieurs années, ESTHI fournit et pose divers dispositifs anti-inondations permettant de protéger plusieurs axes importants de Paris tel que le musée du Louvre ou le réseau RATP.

Protéger au maximum la ville et trouver des solutions pour mieux anticiper la crue permettront d’éviter le scénario arrivé plus de 100 ans auparavant.
Depuis 15 ans, ce sont l’objectif et la mission qu’ESTHI s’est fixée et cherche à s’améliorer continuellement.

Lien du reportage : https://www.france.tv/documentaires/science-sante/4656856-quand-la-seine-debordera.html

Reportage réalisé par : Mathieu Schwartz
Maison de production : Tournez S’il Vous Plaît ! / France Télévisions / Česká Televize / CNC

ESTHI | Solutions pour la prévention et la protection des inondations. Solutions pour la prévention et la protection des inondations, protection périphérique, régulation et rétention, vannes murales et aménagements hydrauliques.

Protections contre les inondations

By | Prévention des inondations | No Comments

Historique, stratégie et proposition de catégorisation de la protection rapprochée contre le risque d’inondation.

 

La protection structurelle contre le risque d’inondation s’est historiquement réalisée à travers des ouvrages d’ingénierie lourde, principalement des barrages et des digues. Ces ouvrages parfois très anciens ont montré à la fin du 20ième siècle leurs limites.

Read More

Résilience

By | Prévention des inondations | No Comments

La résilience est la capacité pour un objet ou une personne à résister, à faire face à l’adversité. D’abord traité en physique puis en psychologie, le concept de « résilience urbaine » est aujourd’hui utilisé.

Face aux risques majeurs (Inondations, tsunamis, submersions marines) auxquels nos sociétés modernes sont confrontées, les êtres humains se préparent.

Des mesures de protection, de réduction de la vulnérabilité et d’organisations se mettent en place dans le cadre de la prevention.

Soigner, réparer, et comprendre sont les maîtres-mots pour la partie curative.

Read More

La lutte contre la submersion marine

By | Prévention des inondations | No Comments

La submersion marine est une inondation spécifique provenant de la mer. Elle se caractérise par son caractère temporaire et épisodique et sa localisation en zone côtière lors d’évènements météorologiques (tempête, cyclone…) ou océanographiques (houle, marée, tsunami) d’ampleur très inhabituelle.

Les chiffres clés en France :

  • 7 000 km2 sont à risque de submersion (56% en façade atlantique)
  • 850 000 personnes en danger
  • 570 000 foyers potentiellement touchés

Read More

Votre cave est inondée ?

By | Prévention des inondations | No Comments

Les parties souterraines de vos locaux comme les parkings, les caves, les locaux techniques sont les zones les plus exposées au risque d’inondations compte tenu de leur niveau topographique.

 

Que cela vienne de la surface, du sol ou encore des réseaux enterrés, l’eau peut entrer de toute part. Un simple orage peut engendrer des ruissellements infiltrant votre cave.  Le niveau du cours d’eau proche de chez vous peut monter, la disposition de votre terrain peut vous fragiliser et orienter l’eau par exemple vers votre garage. Si vous êtes situé sur une nappe phréatique, le niveau de cette dernière peut remonter jusqu’à votre cave. Les réseaux d’eaux usées peuvent aussi être saturés et remonter ainsi chez vous via vos sanitaires. Ces combinaisons d’inondation par eaux de surface, eaux souterraines ou réseaux peuvent se cumuler lors d’un même évènement climatique.

Read More

Les batardeaux ESTHI passent au 20h sur TF1 suite aux inondations de janvier 2018

By | Prévention des inondations | No Comments
En 2013, la ville de SARTROUVILLE et le Syndicat Mixte d’aménagement, de gestion et d’entretien des berges de la Seine et de l’Oise (SMSO) ont fait confiance à ESTHI pour la conception et la fourniture de 10 batardeaux afin de réaliser la continuité de la digue de protection de Sartrouville sur les accès piétons et véhicules.

Vous avez pu les apercevoir lors des inondations de la ville en ce début d’année au journal télévisé de 20H de TF1 du vendredi 2 février. Nos protections IBS BSHI 100K ont donc servi à limiter l’impact de la crue sur les riverains et ainsi remplies leurs fonctions.

Read More